Agriculture : que proposent les candidats à la présidentielle?

Politique Agricole Commune, organisation des filières,  exigences environnementales, bien-être animal, Europe… À moins de deux semaines du premier tour, les propositions des candidats sont sur la place publique. Tour d’horizon de leurs idées sur les questions agricoles.
Candidats à l’élection présidentielle française (BFM TV)

L’Europe est très certainement l’une des questions qui cristallise le plus les débats dans cette élection présidentielle. Continuer la construction européenne, en sortir, la faire différemment… : les positions des candidats sont variées sur ce sujet et leur mise en pratique aura à coup sûr de nombreuses répercussions sur nos paysages agricoles. Le refus des traités de libre échange transatlantiques, TAFTA ou CETA en tête, est par exemple une revendication portée de l’extrême gauche à l’extrême droite, en particulier  par Jean Luc Mélenchon, Benoit Hamon mais aussi Marine Le Pen. Ces candidats en font un argument pour protéger l’agriculture française d’importations massives facilitées en provenance d’Amérique du Nord.  Marine Le Pen va même plus loin, en proposant, via une sortie de l’UE, de renationaliser la Politique Agricole Commune (PAC) qui serait alors remplacée par une Politique Agricole Française. Cette position peut préoccuper de nombreux agriculteurs alors même que la France est un bénéficiaire nette de la PAC, c’est-à-dire qu’elle reçoit plus d’argent qu’elle n’en verse avec 9 milliards d’euros par an qui irriguent nos campagnes.  Outre ce point, beaucoup de professionnels de l’agriculture mettent aujourd’hui en garde contre les conséquences d’une sortie de l’UE, évoquée également par le Front de Gauche, alors même que l’agriculture et l’agroalimentaire apportent un excédent commercial de 9 milliards d’euros annuellement à notre économie. La question est : quid de l’avenir de ses exportations en cas de retour des barrières douanières ?

Sans prôner un abandon de la PAC, nombre de candidats proposent de la réformer : meilleure régulation des marchés et priorité donnée aux petites et moyennes exploitations pour Benoit Hamon, organisation de la préférence communautaire pour François Fillon ou encore intégration d’une rémunération des services environnementaux aux agriculteurs pour Emmanuel Macron.

Permettre aux producteurs de mieux s’organiser face à la grande distribution, un objectif de nombre de candidats (Pixabay)

Favoriser l’organisation des producteurs face à la grande distribution

Outre la consolidation de filières à l’exportation, le développement des circuits courts, c’est-à-dire favoriser la vente directe entre producteur et consommateurs, semble une volonté partagée par de nombreux candidats.  Pour Mélenchon, il faut favoriser au maximum la relocalisation des productions et plafonner les marges de la grande distribution pour permettre de garantir des prix rémunérateurs aux producteurs. Benoit Hamon, François Fillon et Emmanuel Macron prônent quant à eux la mise en place de contrats entre producteurs et grande distribution afin de permettre aux premiers une meilleure force de négociation dans les contrats et une meilleure stabilité des prix. Le leader d’En Marche propose même l’organisation d’un grenelle de l’alimentation pour définir un juste partage de la valeur ajoutée entre les acteurs des filières agricoles et agroalimentaires.  Enfin Marine Le Pen propose de réserver les commandes publiques agricoles aux agriculteurs français.

 

L’environnement pour la gauche, la simplification des normes pour la droite

Enfin, le développement d’une agriculture respectueuse de l’environnement est également une question très présente dans les programmes des candidats, tant les attentes sociétales sur ces questions sont fortes, Jean Luc Mélenchon et Benoit Hamon étant les plus loquaces sur ce sujet. Le leader de la France Insoumise souhaite en premier lieu constitutionnaliser la règle verte : les activités humaines ne doivent pas prélever sur la nature davantage que ce que cette dernière peut reconstituer. Le développement de l’agriculture biologique et de systèmes agricoles diversifiés est également inscrit dans le programme de M. Mélenchon, sans trop de détails sur les mécanismes mis en œuvre pour y parvenir. Benoit Hamon a, quant à lui, fait de la lutte contre les perturbateurs endocriniens son cheval de bataille, et ce dès la primaire de la gauche en janvier dernier. Il propose donc l’interdiction des pesticides jugés les plus dangereux et l’accompagnement des agriculteurs dans la recherche d’alternatives. Emmanuel Macron propose quant à lui un plan d’investissement de 5 milliards d’euros sur cinq ans pour permettre aux exploitations agricoles d’être plus à même de répondre aux exigences environnementales et de bien-être animal. La qualité environnementale de l’agriculture semble moins présente dans les programmes de François Fillon ou Marine Le Pen qui proposent plutôt de limiter les nouvelles normes en la matière. Sur le point des normes, E. Macron opte quant à lui pour un droit à l’erreur avant sanction en cas de contrôle négatif sur les exploitations.

 

Le diable est dans les détails

Enfin, certains candidats avancent des propositions dans des thématiques qu’ils sont les seuls à porter. Ainsi Jean Luc Mélenchon prône la diminution de la part de viande dans notre régime alimentaire. Dans un autre registre, Emmanuel Macron propose lui l’ouverture d’un droit au chômage pour les agriculteurs en cas de baisse d’activité sur leur exploitation. François Fillon, propose lui un compte épargne contre les aléas climatiques qui serait abondé les années de bonnes récoltes. La diversité des propositions montre l’existence de réels clivages sur les questions agricoles entre les différents candidats, permettant au monde agricole et à l’ensemble de la société de se positionner. On peut cependant regretter qu’elles prennent plus souvent la forme d’objectifs généraux que de précisions concrètes sur la manière de faire évoluer notre système agricole.  Pas sûr que cela suffise à rassurer les agriculteurs sur leur avenir, à l’heure où beaucoup d’entre eux semblent être tentés par le vote Front National.

 

Tableau récapitulatif

Téléchargez le tableau récapitulatif des programmes des candidats à l’élection présidentielle 2007 sur l’agriculture.